amzerzo

Savane

Grands pachydermes, girafes, félins et autres grands prédateurs sont partout en fort déclin. Braconnage, chasse, pesticides, réchauffement climatique et enfin appauvrissement génétique auront bientôt raison de cette faune, patrimoine exceptionnel de notre planète.

Toutefois, le danger le plus imminent est le morcellement et le rétrécissement des parcs naturels au bénéfice de l’activité humaine ; la démographie galopante d’homo sapiens condamnant à plus ou moins long terme les derniers espaces sauvages et les animaux qui y vivent.

Pour un photographe de la vie sauvage, ces animaux constituent des sujets exceptionnels et abondamment traités. Cependant, que seraient ils hors de leur habitat ?

Aussi, par cette série photographique, j’ai voulu transmettre l’émotion ressentie lors de mon immersion dans ces étendues infinies de prairies ponctuées de quelques bouquets d’arbres. Il m’est apparu en effet que la savane était le vrai sujet ; les espèces animales qui la peuplent, et qui se dissimulent dans son abondante et riche végétation, ne sont que les boules qui décorent le sapin.

Rompant avec les pratiques habituelles de gros plans sur les animaux sauvages (qui feront l’objet d’une autre série), j’ai donc volontairement sélectionné les images qui traduisaient au mieux ce ressenti : herbes ondulant sous la tiède brise de fin de journée, prédateurs s’y mouvant en partie dissimulés ou bien postés immobiles à l’affût sous ces couverts; avec le souci premier de mettre en valeur l’écrin plus que le bijou.

Le choix d’un traitement monochrome m’a paru d’emblée évident pour ce thème ; le ciel bleu ne pouvant que nuire au graphisme de la prairie et des hautes herbes captant les lumières du matin ou du soir.

Enfin, la froideur du noir et blanc ne traduisant pas à mon goût les couleurs chaudes de l’Afrique, j’ai recherché une couleur sépia, suffisamment neutre cependant, pour exposer ces images telles que je les avais gravées dans ma mémoire en parcourant ces merveilleux paysages.